Le mythe de la femme parfaite – Pourquoi il est important de remettre en question les normes de la beauté

Je ne sais pas si le titre est adéquat, car je n’aime pas ce terme évoquant la perfection qui n’est après tout que subjective et qui, comme j’aimerais le démontrer dans cet article, n’existe pas, mais je trouve qu’il englobe assez bien le concept général. Depuis quelque temps, je suis particulièrement dérangée par ce que je peux voir dans les médias, que ce soit dans les magazines (que je ne lis de toute façon plus mais je vois les titres lorsque je passe devant), dans les publicités à la télévision mais aussi sur les réseaux sociaux. Ces vagues incessantes d’injonctions, directes ou indirectes, dirigées envers les femmes qui leur imposent des espèces de codes à respecter et auxquels il faut se conformer. Je ne sais pas si la plupart des femmes le ressentent ainsi ou si certaines n’en ont rien à carrer mais j’ai l’impression qu’une majorité se sent bel et bien tenue de se rapprocher au maximum de la femme parfaite que l’on nous présente partout. J’ai choisi de m’arrêter ici aux considérations physiques mais on pourrait écrire un article tout aussi long sur les injonctions relatives à la manière dont sont censées se comporter les femmes dans la société.

Une femme parfaite, qu’est-ce que c’est ? C’est une femme blanche, ni trop jeune ni trop vieille, ni trop grande, ni trop petite, qui n’a pas de kilos en trop mais qui n’est pas non plus anorexique, qui a de beaux cheveux épais mais pas de poils, qui n’a pas de cellulite ni de vergetures, qui est bronzée, qui a une peau sans imperfection ni acné, de belles dents blanches et des ongles soignés.

Le problème, c’est que cet idéal n’existe pas et malheureusement, tout ce qu’on nous montre en permanence, ce sont des femmes qui n’existent pas. Dans les magazines, les jambes des mannequins sont allongées, on leur rajoute des formes par-ci, on leur en enlève par-là, on les rend plus bronzées, on lisse la peau de leur visage, on leur rajoute de la masse capillaire, on gomme toutes les éventuelles imperfections. Si aujourd’hui, la plupart des femmes sont conscientes que les photos des magazines sont retouchées, ce n’est pas encore totalement le cas pour les clichés d’Instagram. Les célébrités ou certaines grandes blogueuses ont pris le relais de la presse en véhiculant une image toute aussi fausse, et le danger réside ici dans le fait qu’elles ne sont pas remises en question, ou tout du moins pas encore. En effet, sur Instagram, les célébrités ou grandes blogueuses bénéficient d’un crédit d’authenticité et d’instantanéité, on pense que ce sont des femmes comme nous, et c’est bien là le problème. J’ai vu encore la semaine dernière le commentaire suivant sous une photo d’une blogueuse à plus d’un million d’abonnés « Comment fais-tu pour avoir une peau si parfaite ? » auquel elle a répondu « J’utilise la marque XX c’est génial ». C’est vrai que sur l’image, elle a une peau lisse et sans imperfections. Mais ce n’est pas la réalité et ce n’est pas grâce à la marque qu’elle cite. Depuis que j’ai mon blog, j’ai constaté à quel point il est simple d’avoir le même rendu pour la peau du visage et du corps. Il suffit d’une retouche sur un logiciel et hop, la peau est parfaite, lissée, et même bronzée si on le souhaite ! Je pense aussi aux comptes des Kardashian qui diffusent des images donnant l’impression que tout est naturel et sans retouche chez elles. Cela fait de véritables dégâts auprès d’un public moins averti et potentiellement auprès des plus jeunes filles qui ne savent pas que ces femmes sont refaites et qui se comparent à elles. Mais personne n’a le corps de Kim Kardashian au naturel ! Il suffit également de regarder les visages de Kylie et de Kendall il y a quelques années pour voir qu’elles ont été bien aidées pour être aussi jolies qu’elles le sont aujourd’hui (une simple recherche Google vous le montrera).

J’ai l’impression que les femmes se sont gentiment détournées des magazines féminins qui ne reflétaient pas la réalité pour se tourner vers les blogs et les médias en ligne, à la recherche d’un contenu plus authentique. Malheureusement, le problème s’est déplacé et Instagram et les blogs ont pris le relais. Dans ce mécanisme, il y a quelque chose que je ne comprends pas. Pourquoi avons-nous besoin de nous flageller en permanence et de nous comparer à des idéaux inatteignables qui n’existent pas ? C’est fou la quantité de temps que perdent les femmes à être insatisfaites de leurs propres corps. Cela dit, je ne nous blâme pas, car c’est toute une construction sociale qui nous pousse à nous conduire ainsi envers nous-mêmes. Les hommes sont-ils perpétuellement en train de se regarder sous toutes les coutures devant le miroir ? Est-ce qu’il y a des hordes d’hommes qui font un petit régime tous ensemble avant l’été pour être fit en maillot de bain ? Imaginez les magazines titrer « Messieurs, il est l’heure de faire votre habituel régime annuel avant l’été. Six semaines pour dire adieu à la petite brioche qui s’est installée durant l’hiver et retrouver un corps de rêve ». Est-ce que les hommes partagent entre eux des conseils minceur autour de la machine à café ? Au contraire, j’ai davantage l’impression qu’ils s’attardent maximum quelques minutes par semaine, voire par mois, sur leur aspect corporel. Je ne crois pas non plus qu’ils regardent des images d’hommes sur Instagram, qu’ils vont liker et commenter « wahou t’es trop beau » puis vont essayer de leur ressembler.

Si les hommes ne font pas ça, c’est peut-être parce que les injonctions envers leurs physiques sont quasi inexistantes. On leur pardonne facilement le gras, que ce soit au niveau des bras, des seins qui pendent, de la ceinture abdominale, des fesses ou des mollets. On dit même que c’est mignon, un mec un peu enveloppé. On tolère les poils (ça fait viril), les cheveux blancs (c’est sexy un homme poivre et sel !), la vieillesse (ah les hommes s’améliorent en vieillissant !). Mais dis donc, vous trouveriez pas tout ça un peu chelou quand même ? Est-ce vraiment la vérité ou est-ce qu’on nous l’a tellement répété qu’on a fini par y croire ? Tiens et d’ailleurs, qui est-ce qui définit les normes de la beauté ? La réponse est dans la question.

Parce que pour les femmes, ouloulou, c’est clairement pas autant la fête du slip. En plus d’être particulièrement contraignantes, la majorité des injonctions que nous subissons sont totalement contre-nature et ainsi impossibles à atteindre. Tout d’abord, il faut être mince.. mais pas trop quand même, sinon ça fait anorexique. Le degré de minceur mis en avant n’est tellement pas naturel que les femmes gâchent la majorité de leur existence à essayer d’être plus minces que ce qu’elles peuvent réellement être. On naît toutes avec notre propre physionomie, un poids de forme, celui auquel on stagne lorsqu’on mange normalement et sainement. Force est de constater que le poids de forme de la majorité des femmes est plus haut que celui qui est érigé en idéal. Pourquoi passer sa vie à se restreindre, à faire attention, à faire des régimes, à se sentir frustrée, à avoir ce type de rapport avec la nourriture alors que cet idéal n’est pas atteignable (sauf à grand renfort de privations et de frustrations quotidiennes) ? Que de temps perdu et d’insatisfactions. Quelle tristesse de passer sa vie à ne pas aimer son corps. Il faut s’en rendre compte et se questionner là-dessus. Est-ce normal que la grande majorité des femmes se sentent mal vis-à-vis de leurs corps ? Je sais que c’est un grand travail à faire sur soi, car même en étant conscientes de tous ces mécanismes d’injonctions, cela ne va probablement rien changer au fait que les femmes lutteront toujours avec leurs poids.

Et s’il n’y avait que la minceur. Mais non. En plus, il ne faut pas avoir de cellulite. Et ça, c’est totalement insensé ! Le corps des femmes contient deux fois plus de cellules adipeuses que celui des hommes et ceci pour la simple et bonne raison qu’il est génétiquement conçu pour pouvoir stocker des graisses. Pourquoi, là encore, lutter toute sa vie pour ne pas en avoir alors que c’est quelque chose de naturel et qui est, par définition, quasiment impossible à enlever ? Tous ces produits que l’on nous vend ou tous les soins proposés par les instituts de beauté, j’en viens à trouver ça choquant. Laissez tomber les filles ! Même en étant minces, vous aurez de la cellulite. C’est normal et ce n’est pas moche ! Laura Calu a lancé le mouvement BikiniReadyFermeTaGueule sur Instagram et je trouve que c’est un très bon message de body positivisme. Elle encourage les femmes à poster des images d’elles, comme elles sont, et dit « La beauté est dans l’œil de celui qui regarde, il n’existe pas de perfection. J’ai envie une fois de plus de crier haut et fort que toutes les femmes sont belles ». J’adore aussi le compte de Celeste Barber, une femme normale qui parodie des célébrités et toutes ces femmes qui véhiculent une image trop parfaite. Si vous ne la connaissez pas, allez vite y faire un tour ici. Elle est hyper marrante !

Voilou voilou, maintenant qu’on a fait le point sur la minceur et la cellulite, on peut passer à l’interdiction de vieillir et d’avoir des rides (encore un truc totalement réalisable) mais également à l’injonction de la peau parfaite et lisse. Combien de crèmes et de fonds de teint est-ce que l’on nous vend pour ne pas avoir de rides (sincèrement, pensez-vous vraiment que l’une d’elles fonctionnent ?) ou les cacher, ne pas avoir de boutons, avoir une peau sans imperfections, éclatante, jeune ? Les peaux parfaites n’existent pas. Une peau de femme, c’est une peau avec des pores plus ou moins dilatées, des points noirs, des petits boutons à droite à gauche et des rougeurs par endroits. Personne n’a la peau des égéries que l’on voit sur les panneaux publicitaires des fonds de teint. D’ailleurs, même elles, elles n’ont pas cette peau au naturel.

Et comme si c’était pas suffisant, il ne faut pas oublier de bien s’épiler partout, parce qu’une femme avec des poils aux pattes, ça fait pas distingué. Une mannequin avait posté des images d’elle avec les jambes poilues, elle a reçu des menaces de mort. Juste pour situer à peu près où on en est dans l’avancée du débat. On voit bien que même si on souhaite s’affranchir des normes de beauté, le reste de la société sera toujours bien là pour rappeler à l’ordre les brebis égarées. Dans ce contexte-là, peut-on vraiment décider de faire comme on veut ? Je ne sais pas et c’est forcément difficile. Je ne pense pas que j’assumerais aller à la piscine avec de longs poils sous les bras, je suis pas hyper à l’aise quand je mets un pantalon trois quart et que je constate que j’ai des petits Jean-Claude qui font coucou sur chaque tibia. Je n’aime pas vraiment mettre une jupe ou un short au tout début de l’été quand j’ai les jambes toutes blanches. Mais c’est tellement con, je le sais ! Est-ce que les mecs s’emmerdent avec ça ? C’est l’été, il fait chaud, ils enfilent un short et c’est tout. Ils ne passent pas quinze minutes devant leur dressing en se disant « ouais mais non je peux pas le mettre j’ai les jambes blanches c’est moche ». Parfois, on devrait réfléchir comme eux !

Pour finir, ce qui me chagrine le plus, c’est que nous essayons toutes d’atteindre cet idéal qu’on nous montre en permanence, alors que c’est impossible. C’est impossible et on le paie cher puisqu’on en vient à ne jamais nous sentir « assez ». Pas assez mince, pas assez grande, pas assez jolie, pas assez bronzée, pas assez tout. C’est tellement dommage de se pourrir l’existence pour quelque chose d’inatteignable. Ne serait-on pas plus heureuses en nous acceptant telles que nous sommes ? Je sais que c’est tellement plus facile à dire qu’à appliquer. Je sais aussi que même en ayant conscience de tout ça, ça n’empêche pas que ces normes sont tellement intégrées en nous que l’on n’arrive malheureusement plus à nous en détacher et à faire autrement. Mais je pense qu’en s’y arrêtant une minute, en y réfléchissant un peu, il est possible d’amener des petits changements dans nos quotidiens. Si on devient plus tolérantes envers nous-mêmes, on le sera beaucoup plus envers les autres, et on arrêtera aussi de participer à ce jugement d’autrui. On se regardera les unes les autres avec un œil complice, dans le bus, quand on sera toutes là avec nos jambes blanches, notre poids de forme qui fait partie de nous, nos cheveux blancs, nos rides et nos pores dilatées. Après tout, nous ne sommes que des femmes, pas des sur-femmes issues de Photoshop. On ne va pas pouvoir s’affranchir de la manière dont on a été conçues. On est comme ça et on ferait mieux de s’accepter ainsi plutôt que se gâcher la vie pour quelque chose qu’on ne pourra pas changer.

L’année dernière, j’ai revu les actrices de la série Friends dans une émission. On y voyait Courteney Cox, méconnaissable à cause de la chirurgie esthétique, et Lisa Kudrow, qui semblait toute naturelle. Elle était tellement jolie, elle paraissait en harmonie avec elle-même et avec son âge, je l’ai trouvée magnifique. Ce jour-là, ça m’a frappé. Si on s’accepte telle que l’on est, si l’on accepte de vieillir, si l’on accepte son poids, si on s’accepte toute entière, c’est ce qui nous permettra d’avoir une relation apaisée avec nous-mêmes et de rayonner.

✌️

Et vous, quel rapport entretenez-vous avec vous-même ? Ressentez-vous toutes ces injonctions ? Vous aussi, vous ne vous sentez jamais assez ?

Episode 5 – Phanee de Pool, chanteuse

Dans ce cinquième épisode de Lollipop, j’ai l’immense plaisir de recevoir Phanee de Pool. Après quelques incursions dans le domaine musical au cours de sa vie, c’est le 11 septembre 2016 que tout va changer. Lassée de voir des horreurs à la télé et dans son métier de policière au quotidien, Fanny écrit une chanson en quelques heures et la poste sur internet. Très vite, des milliers de vues. Elle compose alors les autres morceaux de son album Hologramme et l’enregistre dans sa cuisine. Un très bel accueil lui est réservé, il se classe dans le top 20 des ventes d’album en Suisse romande, se hisse à la 18ème place du classement iTunes Suisse et obtient de nombreux prix. Fanny arrive également 2ème dans la catégorie Best Female Solo Acts aux Swiss Music Awards en février dernier. C’est en décembre 2017 qu’elle quitte finalement son emploi dans la police pour se consacrer totalement à la musique.

Au cours de cette conversation, on a parlé de son parcours et de la musique qui l’accompagne depuis toujours de près ou de loin et de la nécessité, à un moment donné, de travailler pour payer les factures, en attendant de trouver sa voie et sa place. On évoque aussi l’importance de savoir écouter la petite voix au fond de soi qui nous guide vers le chemin à emprunter. Pour terminer, on aborde son besoin de liberté et son bonheur de pouvoir vivre aujourd’hui de sa passion.

Fanny représente totalement la devise de Lollipop qui est de montrer que tout est possible. Fanny voulait chanter, alors elle a acheté un micro et a enregistré son album dans sa cuisine. Quel joli chemin parcouru jusque-là. Si vous ne connaissez pas encore son univers, je vous conseille d’aller écouter son album Hologramme sur Spotify. Mes morceaux préférés sont Des miettes sur le canapé, Luis Mariano et Grandir sous ton aile.

C’est une vraie découverte pour moi, j’écoute très souvent ses chansons aux tonalités joyeuses et féeriques et je suis ravie d’avoir la chance de la recevoir dans Lollipop. Je me réjouis maintenant d’aller la voir en concert et ce sera probablement à l’occasion de Label Suisse à Lausanne le 16 septembre prochain.

Si vous connaissez Fanny, j’espère que cet épisode vous permettra d’en apprendre davantage sur elle, et si vous ne la connaissez pas encore, j’espère que cela vous donnera envie d’aller écouter ses douces mélodies.

Je vous souhaite une très bonne écoute !

Et si l’épisode vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner et à lui laisser 5 étoiles sur iTunes 🙂

Crédits musique : www.bensound.com

Retrouvez Phanee de Pool sur : www.phaneedepool.com | Facebook | Instagram

Retrouvez Lollipop sur : iTunes | Soundcloud | Stitcher

Un grand merci à l’Hôtel Beau-Rivage qui m’accompagne dans cette aventure.

Pour cet épisode, nous avons eu la chance d’être reçues dans la suite Coco Chanel du Palace de Lausanne, c’était fantastique !