Un week-end bien-être à Loèche

Le week-end dernier, je suis partie à Loèche-les-Bains du jeudi au lundi en retraite bien-être (c’était un week-end tout simple mais c’est plus marrant de l’appeler comme ça). Je crois que c’était la première fois que je partais seule en vacances durant près de cinq jours et ce fut super chouette. J’avais réservé un joli petit appartement dans le village avec un balcon et une belle vue sur la forêt et la nature. Je n’avais rien prévu de particulier, je voulais simplement me reposer, avoir du temps pour moi et faire des activités qui me plaisent.

Le matin, je partais faire une petite marche de 1h à 2h autour de Loèche. Je n’ai croisé personne quand je me promenais dans la nature et il faisait un temps radieux. C’était vraiment ressourçant. Je n’ai même pas écouté un épisode de podcast, je profitais simplement du silence et c’était agréable. Je rentrais à la maison pour dîner puis j’allais quelques heures aux bains. Vendredi et samedi, je suis allée au restaurant et je crois que là aussi, c’était la première fois que j’allais au resto seule le soir. Au début, c’est un peu stressant, mais après on se sent hyper bien. Je ne sais pas comment expliquer, mais on a l’impression d’être super indépendante ! Et je trouve ça vraiment cool. Ça m’a aussi permis d’observer les autres et j’ai remarqué qu’il n’y avait que des gens en couple autour de moi, les deux soirs. Ça m’a questionné : il n’y a pas que des couples sur cette terre. Du coup, pourquoi est-ce qu’il n’y a pas de personnes seules au restaurant ?

Durant le week-end, j’ai pu utiliser ma carte Reka avec qui je suis en partenariat cette année. Pour rappel, une carte Reka fonctionne de la même manière qu’une carte de crédit prépayée, il suffit de la charger préalablement pour pouvoir l’utiliser. Elle offre de nombreux avantages et rabais pour toutes les activités de loisirs et de vacances. Vous pouvez voir tous les points d’acceptation ici. J’ai ainsi pu payer l’entrée aux bains et un massage relaxant. Au départ, je voulais également prendre le téléphérique et monter à la Gemmi (tout en haut de la montagne) (et c’est aussi une activité qu’on peut payer avec Reka). Là-haut, il y a un joli lac autour duquel on peut se promener puis redescendre à pied jusqu’au village. Malheureusement, au mois de novembre, il est fermé. Ce sera donc pour la prochaine fois !

J’ai profité de ces quelques jours pour lire, pour écrire, pour prendre des photos, pour regarder des films de Noël. Tout simplement pour prendre du temps pour moi. Ça fait tellement de bien. Si vous avez l’occasion, une fois, de pouvoir partir quelques jours toute seule, je vous le conseille chaleureusement (mais c’est vrai qu’il faut aimer être seule et ce n’est pas forcément le cas de tout le monde :)). C’est si agréable de se retrouver avec soi-même, de ne faire que ce qu’on aime, de vivre à son rythme et d’apprécier le silence.

Ce week-end m’a donné envie de repartir seule dans le futur et j’ai décidé que c’est une petite habitude que je vais dorénavant instaurer dans ma vie ! ♥

1. & 3. Grâce à ma carte Reka, j’ai pu payer les entrées aux bains thermaux et m’offrir un petit massage relaxant
2. L’extérieur des bains. C’est tellement joli d’être entourée de si hautes montagnes pendant qu’on se baigne dans l’eau thermale
4. La neige le dernier jour !

1. & 4. La vue depuis mon appartement
2. Un joli petit studio tout neuf (à la déco un peu rétro mais c’était super chouette)
3. Des pâtes et des films de Noël. J’en ai regardé trois pendant mon séjour. Franchement, les films de Noël à cette période de l’année, c’est la vie (et toutes celles et ceux qui n’en ont jamais regardé, vous ne savez pas ce que vous loupez ! Il y en a 5 par jour – 1 sur la RTS, 2 sur M6 et 2 sur TF1 – vous avez donc largement de quoi faire en replay :))

EN BALADE AUTOUR DE LOÈCHE

N’est-ce pas superbe ?

   ♥

LE VILLAGE ET SES JOLIS CHALETS

ET LA SURPRISE DU DERNIER JOUR..

Qui est déjà allée à Loèche ? Est-ce que ça pourrait vous tenter d’y passer un petit week-end ?

Mais aussi, qui est déjà partie en vacances seule ? Est-ce que c’est quelque chose qui pourrait vous donner envie ?

Article réalisé en collaboration avec Reka

Par un matin d’automne – Livre audio

Je suis heureuse de pouvoir vous proposer un article sur un sujet qui me plaît beaucoup : les livres audio. Comme j’en ai déjà parlé à plusieurs reprises par ici, c’est une activité que j’ai débutée à l’automne dernier et je trouve qu’elle se prête particulièrement bien aux saisons froides. J’ai donc été ravie lorsqu’Audible m’a proposé un nouveau partenariat pour lequel il s’agit de choisir un livre, l’écouter puis de rédiger une revue sur le blog. Cela me permet d’allier deux de mes activités préférées (la lecture/l’écoute de romans et l’écriture) tout en étant soutenue financièrement pour ce travail et je les remercie pour cela.

Pour être en harmonie avec le temps, je cherchais un roman à ambiance automnale/hivernale. Je voulais quelque chose d’un peu mystérieux, avec des rebondissements et du suspense et je suis tombée un peu par hasard sur le livre Par un matin d’automne de Robert Goddard.

Voici le résumé ainsi que mon avis garantis sans spoiler. J’espère que cela pourra vous donner envie de le découvrir ou tout du moins de tenter l’aventure des livres audio avec Audible. (Si vous ne savez pas exactement ce que c’est, consultez mon premier article à ce sujet où j’en présente le fonctionnement).

Résumé : Le récit débute à Thiepval où l’on rencontre Leonora Galloway, 70 ans, et Penelope, 35 ans. Ce voyage entre mère et fille au mémorial des soldats britanniques morts pendant la Première Guerre mondiale a un but précis : Leonora souhaite raconter son histoire à Penelope, lui révéler son enfance ainsi que les secrets de famille qui pèsent sur elle depuis bien trop longtemps. Nous voici donc embarqués dans un roman à plusieurs voix, où chacun raconte sa version et la manière dont il a vécu et traversé les années, de 1914 à nos jours.

L’intrigue commence lorsqu’elles arrivent devant la tombe de John Hallows, le père de Leonora. Il est mort le 30 avril 1916, or Leonora est née le 14 mars 1917, soit 11 mois plus tard. Cet homme ne peut objectivement pas être son père. Mais si ce n’est pas lui, qui est-ce ? Et pourquoi la mère de Leonora est-elle décédée quelques mois après la naissance de sa fille, à des dizaines de kilomètres de la résidence familiale ?

Nous voici transportés en 1914 à Meongate (prononcer Mi-one-gate), une immense propriété dans la campagne anglaise où grandira Leonora en compagnie d’Olivia, la deuxième femme de son grand-père, qui lui fera vivre une enfance très difficile. On rencontre plus tard Tom Franklin, un ami de son père, qui prendra le relais dans la narration du récit et qui nous en apprendra davantage sur les parents de Leonora, John et Leonora Hallows (sa mère porte le même prénom qu’elle). Des secrets, des non-dits, un meurtre non élucidé, voici ce que promettent les récits de Leonora et Tom.

Mon avis : J’ai beaucoup apprécié ce roman, écouter un livre lui donne vraiment une toute autre dimension. On arrive à imaginer l’environnement et les décors de la même façon que lorsqu’on lit. Les voix des personnages leur donnent quant à elles davantage de profondeur et de sensibilité. Par un matin d’automne m’a fait penser à Jane Eyre car on y retrouve certaines caractéristiques : une grande demeure en Angleterre, une enfant qui n’a plus de parents et qui se retrouve dans une famille où les gens sont cruels avec elle.

Leonora a vécu une enfance très difficile et c’est la raison pour laquelle elle n’a jamais partagé son histoire avec ses enfants. Elle se disait qu’en ne la rendant pas audible, cela pouvait l’aider à faire comme si tout cela n’avait pas existé. Or, à 70 ans, maintenant qu’elle est parvenue à résoudre les mystères et les secrets de sa famille, que toute cette histoire est terminée, elle se sent enfin prête à transmettre son récit à sa fille Penelope.

Nous retrouvons plusieurs sentiments forts dans ce livre, attribués à l’un ou l’autre des personnages. Olivia est consumée par la haine, contre les hommes mais aussi contre Leonora. Tom Franklin représente l’amitié et la loyauté, on le voit lutter à de nombreuses reprises pour garder cette ligne de conduite. Tout au long de l’histoire, les personnages sont en souffrance, ils sont projetés malgré eux dans des situations difficiles qui les mettent à rude épreuve. Ils sont étouffés par les non-dits et envahis par le désespoir, on voit qu’ils aimeraient que les choses se passent autrement mais ils se retrouvent pris au piège dans cette toile dont on ne sait pas vraiment qui en tire les ficelles.

Ce livre addictif a parfaitement répondu à mes attentes : du mystère dans une atmosphère froide et brumeuse. On y retrouve également un véritable suspense qui nous empêche d’en arrêter l’écoute tant on souhaite connaître le dénouement des énigmes qui se présentent au fur et à mesure des pages. Vraiment un très bon roman !

Durée d’écoute : 13h45

Note : 4/5

Si l’aventure Audible vous tente, vous pouvez profiter d’un premier mois d’essai gratuit ! Vous aurez ainsi l’occasion de voir si cette façon de découvrir des livres peut vous plaire et de poursuivre votre abonnement si tel est le cas (9,95 euros par mois, sans engagement et résiliable à tout moment).

De plus, Audible a lancé cette semaine les cartes cadeaux ! Vous pouvez offrir 1, 3, 6 ou 12 mois d’abonnement à l’un de vos proches. Quelle belle idée de cadeau de Noël ! Rendez-vous sur ce lien pour en savoir plus.

Et vous, avez-vous déjà écouté un livre audio ? Si oui, lequel ? Sinon, est-ce une activité qui pourrait vous intéresser ?

 

Article réalisé en collaboration avec Audible