La persévérance

L

es photos que je vous présente dans cet article font partie de mes préférées depuis que j’ai commencé le blog, voilà cinq mois. Ce doit être la blancheur du pull qui donne ce petit côté doux et ça me plaît beaucoup. Je l’ai déjà dit plusieurs fois (au moins cinquante) mais la qualité des photos est mon obsession du moment. Aujourd’hui, j’ai décidé d’essayer d’accepter le fait qu’elles ne peuvent pas encore être toutes parfaites, nettes, claires, lumineuses. Je vois que je m’améliore, ou du moins j’y travaille, petit à petit et je pense que ça viendra. Un jour, je ferai de belles photos que je trouverai parfaites et qui ne seront pas floues. Je suis en apprentissage permanent avec ce blog et c’est tellement motivant. Dans un mois pile, il aura six mois et je me réjouis déjà d’en faire le premier bilan. D’ici là, je vais beaucoup travailler pour l’enrichir et y ajouter du contenu. J’ai pris la décision de poster des articles tous les jours, tous les deux jours maximum, et varier les sujets (mode, humeurs, nourriture). Je sais le temps que cela me prendra mais je suis vraiment motivée.

Depuis l’été 2015, je lis beaucoup d’articles sur la création de blog et la gestion à court, moyen et long terme. J’ai vu que plus de la moitié des sites ferment après quelques mois d’ouverture par manque de motivation, par manque de retours, par manque de temps. Je comprends que l’on puisse arrêter. On ne sait pas forcément la quantité de travail que cela représente et l’ensemble des compétences qu’il faut acquérir. Par exemple, je pensais bêtement acheter un appareil reflex et hop, faire des belles photos. Haha. Je sais aussi aujourd’hui qu’il est difficile et frustrant d’écrire des articles qui ne sont presque pas lus. J’ai passé plusieurs soirées à écrire mon article sur le végétarisme, un après-midi celui sur le bonheur, sans compter la prise, la retouche et la sélection des photos. Ce sont mes articles préférés mais je pense qu’il y a moins de 20 personnes qui en ont eu connaissance. Mais vous savez quoi, je me dis que ce n’est pas important et j’ai l’espoir qu’un jour ils seront lus.

Hier, j’ai découvert le mini-livre du site No Tuxedo qui raconte comment son site a rassemblé 50 000 visiteurs par mois après 15 mois seulement. Elle explique que le travail de qualité finit par payer et que les articles du début, même s’ils ne sont pas beaucoup lus au moment de leur publication, finiront sûrement par l’être un jour. C’est pourquoi il faut toujours publier du contenu de qualité, du début à la fin du blog. Cette lecture a confirmé mon enthousiasme et je suis hyper motivée à commencer la création de tous ces prochains articles. Pour celles et ceux qui veulent être de l’aventure, et bien je vous donne rendez-vous par ici dès demain ♥

pull-blanc-chemise-bleue5

pull-blanc-chemise-bleue4

pull-blanc-chemise-bleue3

pull-blanc-chemise-bleue6

Pull & chemise Mango ♦ Jeans pas de marque (vieux) ♦ Chaussures Adidas

Enregistrer

Cultiver le bonheur & être heureux

L

e dimanche est une journée spéciale durant laquelle j’aime prendre le temps de faire les choses que j’aime. C’est une journée qui n’est pas toujours joyeuse pour ceux qui n’ont pas envie de retourner au travail le lendemain. D’ailleurs, d’après une recherche que j’ai lue il y a quelque temps, le samedi est le jour où les gens se sentent le plus heureux. Dès le dimanche après-midi, ce sentiment diminue déjà. Pourquoi ne pas essayer de contredire cette étude et être heureux tous les jours de la semaine plutôt qu’un seul ? Je pense que tout est une question d’état d’esprit. Pourquoi ne pas percevoir le dimanche comme un deuxième samedi plutôt que comme le dernier jour du week-end ?

Ceci me mène à la question suivante : qu’est-ce que le bonheur et comment être heureux ? Je crois que c’est quelque chose qui se décide. On est pas heureux comme ça, sans rien faire, je crois que le bonheur ne nous tombe pas dessus si on ne se pose pas la question. Tellement de gens vivent et ne savent pas, ne se questionnent pas, s’ils sont heureux ou non. Être heureux et voir la vie du bon côté est quelque chose qui se cultive. C’est un travail au quotidien qui se construit et s’entretient. J’ai lu beaucoup de livres et d’articles à ce sujet durant ces dix dernières années. Je constate que j’ai intégré toutes ces petites choses qui sont, selon moi, les clés du bonheur et je les applique au quotidien sans m’en rendre compte.

Tout d’abord, je ne sais pas si vous connaissez la pleine conscience ? C’est un état d’esprit, une manière de vivre, dont les origines viennent de la méditation et du bouddhisme. Pour résumer, je dirais que c’est le fait de vivre les choses au moment où elles se passent. Être pleinement conscient de son être, physique et psychique, en tout situation. Cela nécessite d’être attentif à soi-même et à ce que l’on ressent : sentir les rayons du soleil se poser sur notre visage lorsqu’on marche, faire attention à ces hirondelles qui mangent dans l’herbe, savoir s’il l’on a froid, chaud, faim, comment on se sent (fatigué, en pleine forme) et savoir identifier l’origine de ces sensations (pourquoi ?). En d’autres mots, il s’agit de vivre pleinement chaque instant, être totalement présent et conscient de toutes les sensations qui nous traversent durant une journée au moment où elles se présentent à nous. Par exemple, regarder la télé en faisant défiler son fil Facebook sur son téléphone, ce n’est pas de la pleine conscience. Notre esprit n’est focalisé sur aucun des deux et on fait davantage passer le temps qu’être réellement concentré sur une activité qui nous fait plaisir. Faire attention à toutes les petites choses de la vie permet d’être plus serein, plus calme, davantage dans l’acceptation inconditionnelle de ce qui nous arrive plutôt que dans la réaction (impulsivité, auto-dépréciation, inquiétudes, stress). Essayez, demain, en allant au travail, d’être attentif à tout ce qui vous entoure et à vous-même. Regardez ce que cela vous fait d’y prêter attention.

Ensuite, j’essaie pour chaque situation, et même la pire, de toujours trouver le point positif qui en résultera. Toute situation qui nous arrive ne peut avoir que du négatif, il y a forcément des choses bénéfiques qui en ressortent. Pour illustrer, je me souviens en octobre 2014 lorsque j’ai commencé à chercher du travail en France. Trouver un emploi dans un pays avec 15% de chômage, un bac + 3 alors que tout le monde a bac + 5 et une licence qui ne sert pas à grand chose ici, je ne partais pas vraiment avec la balle dans mon camp. Que s’est-il passé ? J’ai trouvé rapidement un petit pourcentage dans un établissement scolaire et après 3 mois de recherches intensives, j’ai enfin été engagée en CDI. Ces mois ont été difficiles mais je n’ai jamais baissé les bras. Je savais que je trouverais. Je ne savais pas quand mais j’y croyais. Si je vous raconte ça, c’est pour vous montrer qu’aujourd’hui, je vois le bénéfice de ces mois de recherches. Je sais dorénavant que je pourrai toujours me débrouiller, dans n’importe quelle situation. A la fin du mois de mars, je retourne en Suisse, il va falloir que je cherche à nouveau du travail. Ce sera difficile mais je l’ai déjà fait en France où la situation était beaucoup plus difficile. Je vais donc y arriver cette fois aussi. J’ai appris à avoir confiance en moi, à persévérer et surtout à me dire que tout est possible. C’est une force que j’ai acquise grâce à ce qu’il m’est arrivé ces dernières années et je crois que cela participe au fait d’être heureux. Réfléchissez à une situation difficile que vous avez vécue et trouvez un point positif qui en est ressorti. Il y en a forcément au moins un. Gardez-le en mémoire, c’est un acquis qui restera pour toujours en vous.

Par ailleurs, je pense que le bonheur est quelque chose qui se décide et qui n’est pas continu. On est pas heureux toute la journée, je ne suis pas en permanence le sourire béat aux lèvres comme une ahurie. Je suis heureuse plein de petits moments chaque jour et c’est grâce à ces petits instants que je me sens bien au quotidien. Le matin, je suis heureuse quand je mets une musique que j’aime pendant que je me douche, je suis heureuse de voir la Tour Eiffel quand je sors de mon immeuble, de regarder les hirondelles aux Invalides qui sont toutes ensemble dans l’herbe, je suis heureuse à midi lorsque je mange devant Une Nounou d’Enfer, je suis heureuse le soir lorsque je bois un thé sur mon canapé et que je regarde une série ou que je fais mon blog. Tous ces moments me rendent heureuse, ils sont nécessaires à mon bien-être. Il est très important que je puisse prendre du temps pour moi chaque jour afin de bien fonctionner. Si, durant une semaine, je n’ai pas 5 minutes à moi, je rentre à minuit chaque soir, je vais au lit et je recommence ainsi le lendemain, je sais qu’au bout du troisième jour, je pleure. Pour de vrai. Il n’y a plus rien qui va et je dis que ma vie est horrible. Je sais comment gérer ça maintenant. Avec l’âge, on se connait quand même beaucoup mieux et je fais attention de ne pas me retrouver dans cette situation. Je veille donc à avoir chaque jour mes petits moments de bonheurs qui font que je me sens bien et que je suis heureuse. Essayez d’identifier les activités qui vous rendent heureux, notez-les, et ressentez la satisfaction qu’elles vous procurent lorsque vous les réalisez.

Pour terminer, je pense que  le bonheur ne dépend pas des autres. Certes, être en couple, avoir un travail qui vous plaît, vivre dans un joli appartement, sont des éléments qui embellissent la vie. Mais le fait d’être heureux, au fond de soi, ne dépend pas de ça. Je sais qu’on peut ne pas être d’accord avec moi. Aujourd’hui, je sais que l’on peut être heureux en couple et malheureux au fond de soi, tout comme on peut être malheureux en couple et heureux au fond de soi. Trouver le bonheur est un long chemin qui se fait seul et qui s’apprend. C’est un travail qui nécessite une grande connaissance de soi, de ses ressources, de ses faiblesses et la capacité de les faire cohabiter au mieux pour, justement, vivre heureux.

happy-sunday1

happy-sunday2

happy-sunday3

happy-sunday4

happy-sunday5