Velouté de courge butternut & châtaignes

C’est l’automne, et en automne comme en hiver, j’aime retrouver ma cuisine pour faire le plein de bonnes choses. J’ai ainsi profité du week-end pour préparer du granola, des brownies, une tarte aux pommes et cette délicieuse soupe à la courge et aux châtaignes. Je me suis inspirée de la recette de Victoria et je peux vous dire que c’est un véritable délice ! En y ajoutant quelques oignons caramélisés, croûtons de pain et graines de courge, on se croirait presque au restaurant. On s’est tant régalés qu’on s’est dit qu’on la servirait en entrée lors de prochains repas avec des amis ! Vous m’en redonnerez des nouvelles.

♦ Pour un litre (environ 4 repas) :
1 courge butternut
400gr de marrons/châtaignes cuits
2 cc de ras el-hanout
2 cc de bouillon de légumes
1 litre d’eau
Sel, poivre

♦ Marche à suivre :
Peler, épépiner et découper la courge en morceaux.
Dans une grande casserole, ajouter la courge, les châtaignes (ici, j’ai utilisé des marrons congelés que j’ai cuits 10mn dans un peu d’eau à la poêle) et le reste des ingrédients.
Porter à ébullition puis faire cuire à feu moyen durant une quinzaine de minutes (ou jusqu’à ce que la courge soit tendre).
Mixer le tout, c’est prêt !

Et pour ajouter un petit plus à votre soupe, vous pouvez préparer quelques délices pour saupoudrer :

Oignons caramélisés :
Faire chauffer un peu d’huile dans une poêle et y faire revenir l’oignon jusqu’à ce qu’il soit tendre.
Ajouter 3 cc de crème de balsamique et un peu de sucre puis remuer quelques instants.
Il est possible d’en faire en plus grand quantité et de les conserver au frais quelques jours.

Croûtons de pain :
Faire revenir un ail dans un peu d’huile d’olive.
Ajouter les morceaux de pain et faire revenir quelques instants en remuant.

Graines de courge :
Les graines de courge vont parfaitement bien avec les soupes à la courge.
Comme pour toutes les autres graines (tournesol, lin), il suffit de les faire revenir quelques instants dans une poêle (sans ajouter de matière grasse) pour qu’elles dégagent de nouvelles saveurs.

Bon appétit !

Mes meilleures séries Netflix #5

On se retrouve aujourd’hui avec une petite sélection de mes dernières séries Netflix. Elles m’ont toutes procuré ces sentiments que j’adore : être prise dans l’histoire, ne plus arriver à arrêter de visionner les épisodes les uns après les autres et vivre avec les personnages l’espace de quelques jours. Gypsy et Dr Foster mettent en scène des femmes dans le rôle principal, l’une est psychologue, l’autre est médecin, et explorent la complexité de la vie maritale et des relations interpersonnelles, le tout teinté d’une dimension psychologique importante. Pour ces deux séries, la situation générale semble parfaite puis on découvre petit à petit les secrets et les zones d’ombre de chacun des personnages. Tout ce que j’aime. Quant à American Crime Story, elle retrace en dix épisodes le procès d’O.J. Simpson en 1994. Passionnant !

DR FOSTER

Résumé : Gemma Foster est médecin et vit dans un petit village en Angleterre avec son mari, Simon, et leur fils, Tom, âgé d’une dizaine d’années. Tout semble être parfait dans cette jolie maison de banlieue. Un travail qu’elle adore, un mari aimant et sympa, une belle bande d’amis. Mais bientôt, un doute. Elle découvre un cheveu blond sur l’écharpe de son mari. Et s’il la trompait ? Et si tout le monde était au courant et que personne ne lui avait rien dit ?

Mon avis : J’ai adoré ! C’est le genre de série qui réveille en soi de forts sentiments tant ce que l’on voit à l’écran est difficile. Comment réagirait-on dans la même situation ? Si tout ce qui constituait notre vie se révélait en réalité être un tissu de mensonges ? On assiste à la chute de Gemma et on a l’impression de tomber avec elle. On est emporté dans son cheminement et ses questionnements. Va-t-elle essayer de sauver son mariage ou plutôt se venger de son mari infidèle ? Au fur et à mesure des épisodes, on découvre la complexité des personnages, leurs personnalités, les problématiques qu’ils traversent. On en apprend toujours plus sur chacun d’eux et ils se révèlent être bien différents de l’image qu’ils renvoient à l’extérieur. Après ces deux saisons, un constat : on ne sait pas ce qu’il se passe derrière les portes fermées. Si vous êtes à la recherche d’une série qui vous emporte et vous retourne, commencez Dr Foster sans tarder !

Format : 2 saisons de 5 épisodes de 40 à 50mn

Note : 5/5

GYPSY

Résumé : Jean Holloway est psychologue, vit dans la banlieue de New York avec son mari et sa fille. Parce que cette vie ne la comble pas et pour y ajouter un peu de piment, Jean commence à se lier d’amitié avec les proches de ses patients en usant d’un faux nom, Diane Hart. Elle s’immisce alors de plus en plus dans ces relations et finit par se laisser entraîner un peu trop loin. Perdra-t-elle le contrôle ?

Mon avis : En plus d’avoir grandement apprécié l’histoire, j’ai beaucoup aimé voir Naomi Watts dans le rôle de Jean Holloway. Elle joue ce rôle à la perfection et sa présence apporte beaucoup à la série. Par ailleurs, les thématiques abordées dans Gypsy m’ont intéressée et participent à sa qualité. On y retrouve l’ennui d’une vie quotidienne rangée et sans surprise, les jugements entre mères, la pression au travail, les problématiques liées à une relation de couple. J’ai apprécié la façon dont est évoqué le questionnement de sa fille de 10 ans sur son identité sexuelle et l’attitude bienveillante dont font preuve ses parents. Par-dessus tout, l’attrait principal de cette série réside dans la relation totalement inadéquate qu’entretient Jean avec ses patients. On est mal à l’aise, on est dérangé par ce qu’elle fait, et je trouve génial qu’une série arrive à faire surgir chez les téléspectateurs ce genre de sentiment.

Je vous conseille ainsi vivement Gypsy, même s’il y a un petit bémol sur la fin. En effet, la première saison se termine comme s’il allait y avoir une suite. Malheureusement, elle n’a pas été renouvelée. L’histoire reste donc en suspens et laisse un goût d’inachevé. Ceci ne doit toutefois pas vous empêcher de la regarder, car cette seule et unique saison vaut vraiment le détour.

Format : 1 saison de 10 épisodes de 40mn à 1h

Note : 4,5/5

AMERICAN CRIME STORY : THE PEOPLE VS O.J. SIMPSON

Résumé : En 1994, O.J. Simpson, un célèbre ancien joueur de football américain, est accusé d’un double homicide : celui de son ex-femme et de son petit-ami. La série reprend les faits marquants de ce long procès, très médiatisé et diffusé en direct à la télévision, qui a tenu en haleine les américains durant de longs mois.

Mon avis : Quelle claque ! Il y a tellement à dire sur ces dix épisodes et sur cette affaire, tant de thèmes s’entremêlent et jouent un rôle, aussi bien dans la manière dont le procès a été mené que dans son issue finale. L’omniprésence des médias et le contexte social dans lequel il s’est tenu ont largement contribué à déclencher un engouement émotionnel très puissant autour de l’affaire et des personnes impliquées.  Les acteurs ayant pris part à ce procès, de près ou de loin, tels que les avocats, le juge, sa femme, les policiers, ont été embarqué dans un cirque médiatique infernal. Tous ont l’air d’avoir énormément souffert de cet emballement qui dépassait largement le cadre de la cour de justice. On est révolté de voir comment fut traitée Marcia Clark, la procureure, mais aussi la manière dont les avocats de Simpson ont instrumentalisé le racisme dont sont victimes les personnes noires aux États-Unis pour tenter d’innocenter O.J. Simpson. Par moment, j’avais l’impression que l’essence même du procès n’était plus là. On ne cherchait plus à savoir si cet homme avait bel et bien tué son ex-femme mais on tentait par tous les moyens de démontrer le racisme de la police de Los Angeles.

Je ne me souvenais pas de l’issue du procès et je ne suis pas allée regarder sur internet durant les quelques jours où j’ai visionné les épisodes. J’ai ainsi gardé le suspense jusqu’au bout et j’ai eu tout loisir de me faire ma propre opinion sur O.J. Simpson. Est-il coupable ou innocent ? On passe par tous les avis durant les 10 épisodes qui retracent l’année du procès. Une superbe série qui s’apparente quelque peu à un documentaire que je vous conseille fortement. Mention spéciale pour l’acteur qui interprète O.J. Simpson, Cuba Gooding Jr, et l’actrice qui interprète Marcia Clark, Sarah Paulson.

Format : 1 saison de 10 épisodes de 42mn

Note : 5/5

Avez-vous vu ces séries ? Les avez-appréciées ?

→ Pour retrouver l’ensemble de mes chroniques Netflix : #1, #2, #3, #4, #5 ou ici.