Ce que j’ai aimé au mois de novembre

Voici une nouvelle rubrique que j’aimerais alimenter régulièrement. Grâce à mon blog et à Twitter, j’ai l’occasion de découvrir quotidiennement une grande diversité de contenus sur internet. Je cherchais un moyen de pouvoir les partager de façon simple et mon choix s’est finalement porté sur un article mensuel qui regroupera, entre autres, toutes les lectures, écoutes instructives ou séries qui m’ont intéressée. Elles ont en commun le fait d’apporter un nouveau regard sur un sujet mais aussi de questionner des normes établies.

Je pense sincèrement que s’instruire, par la lecture ou par n’importe quel autre moyen, et découvrir des expériences différentes de la sienne permet de mieux comprendre le monde, contribue à diminuer les jugements sur autrui et à faire preuve d’une plus grande tolérance à tout ce que l’on ne connaît et ne comprend pas. J’espère que ces quelques suggestions sauront vous intéresser !

ARTICLES

Une très bonne BD intitulée « Ce t-shirt est un scandale » qui explique clairement et simplement les dégâts de la fast fashion sur l’environnement et les humains. Elle se lit en moins de 5mn.

Comment réagiriez-vous si votre enfant était en photo dans le salon d’un Cambodgien ? Cet article m’a ouvert les yeux sur l’habitude des Occidentaux de photographier des petits enfants quand ils sont à l’étranger et plus particulièrement dans les pays pauvres. Il pose le constat suivant : plus le pays est blanc et riche, plus les précautions prises pour photographier les enfants sont grandes. C’est assez dingue comme on se sent libre de photographier un petit Vietnamien alors qu’on n’oserait jamais faire de même avec un enfant à Paris. Imaginez ce que vous diriez si des touristes commençaient à prendre vos enfants en photo dans la rue quand ils sont en train de jouer ? Ce raisonnement devrait s’appliquer de la même manière pour les enfants de tous les pays du monde.

Un très bel (et triste) article sur Britney Spears qui retrace son parcours et le passage de sa réputation de jeune fille sexy et vierge à celle de mauvaise mère. On découvre sous un nouvel angle les diverses étapes de sa vie et à quel point elle a été marquée par les hommes autour d’elle. Moi qui adorais Cry Me A River, je vous assure qu’on voit ce titre d’un autre œil après avoir lu l’article. Il nous montre d’une manière plus générale le regard posé sur les femmes et interroge sur le deux poids deux mesures de la sexualité : celle des femmes ne doit pas être assumée alors que celle des hommes est valorisante.

The Next Chapter de Garance Doré sur son blog. A 43 ans, elle vient de se séparer de son compagnon. Malgré elle, elle devient le témoin des énormes injonctions de la société envers les femmes célibataires et elle partage les remarques qu’elle a reçues depuis l’annonce de sa séparation. Non, le bonheur, ce n’est pas forcément « une maison parfaite, un mari parfait et deux enfants parfaits ». Un bel article qui cite également la lettre ouverte que Jennifer Aniston avait publié en 2016 que j’avais adoré et dans laquelle elle parle de son ras-le-bol vis-à-vis des commentaires incessants sur sa vie amoureuse et sur le fait qu’elle n’ait pas d’enfant. Elle s’indigne que la valeur d’une femme soit principalement définie en fonction de son statut marital et maternel. A lire !

LIVRES

Les bandes-dessinées d’Emma : Un autre regard, trucs en vrac pour voir les choses autrement tomes I et II et La charge émotionnelle & autres trucs invisibles. Je les ai dévorées en un après-midi. Emma aborde les sujets du quotidien et les explique de façon à ce qu’on les comprenne différemment. Elle parle d’injustices sociales, raciales et sexistes, elle est anti-capitaliste et montre qu’un autre monde est possible. J’ai adoré son message concernant le voile des musulmanes. C’est un formidable livre à offrir pour Noël ! Et si vous souhaitez découvrir davantage Emma, écoutez l’épisode de La Poudre qui lui est consacré.

Sorcières de Mona Chollet. Un retour sur les différentes chasses aux sorcières ayant eu lieu en Europe au cours des années 1400 à 1600. J’ai compris un fait essentiel à la lecture de ce livre. Et si on remplaçait le mot sorcières par le mot femmes ? Car c’est bien d’une chasse aux femmes dont on parle. C’est une profonde peur de la gente féminine qui a conduit à ces massacres où près de 100 000 exécutions ont eu lieu (dans les trois quart des cas, les victimes étaient des femmes). Les femmes qualifiées de sorcières étaient soit celles ayant des savoirs médicaux (elles soignaient, accouchaient d’autres femmes, prodiguaient des soins), soit celles qui vivaient seules et ne fréquentaient pas l’église. Mona Chollet parle des sorcières contemporaines et explique quelles femmes seraient aujourd’hui accusées de sorcellerie (les femmes célibataires, les femmes qui ne veulent pas d’enfants, les femmes avec des cheveux blancs, entre autres). Un super livre très instructif. Et pour aller plus loin, La Poudre a consacré un épisode spécial à Mona Chollet sur le thème des sorcières.

SÉRIES / FILMS / STAND UP

La saison 3 de Dix Pour Cent a été diffusée sur la RTS au mois de novembre et je l’ai adorée (elle arrive en décembre sur Netflix). En plus de l’histoire et des intrigues propres à la saison, j’ai particulièrement apprécié le fait qu’elle mette enfin en lumière des situations invisibilisées : des couples de lesbiennes, de gays, des homosexuels qui s’embrassent à l’écran, mais aussi une famille très actuelle avec deux mamans et un papa. C’est la vie de tellement de gens sur cette terre ! Mais on continue de nous montrer presque exclusivement des couples mariés hétérosexuels. C’est ce que j’apprécie dans Dix Pour Cent et dans les séries Netflix plus particulièrement : elles essaient de représenter la diversité des situations qui existent dans nos sociétés.

Nous avons recommencé à regarder How I Met Your Mother, nous arrivons bientôt au terme de la saison 1. Cette série est géniale. C’est comme si je la découvrais pour la première fois car je n’ai vu les épisodes qu’une fois ou deux maximum (pas comme Friends dont je connais presque les dialogues par cœur haha). Ted est toujours aussi attachant, Marshall et Lily sont adorables, le jeu d’acteur de Neil Patrick Harris (Barney) est incroyable. Je crois qu’il n’y a pas eu un épisode depuis le début où je n’ai pas rigolé à voix haute. Et je suis quasi certaine d’avoir dit à la fin de chaque « non mais cette série est vraiment dingue ». A voir ou à revoir sans modération pendant vos longues soirées d’hiver.

A Star is Born avec Lady Gaga et Bradley Cooper. Un très beau film, dur, drôle et émouvant. La bande-son est aussi particulièrement réussie. Lady Gaga est époustouflante, on la découvre sous un autre jour. L’histoire est puissante. On en ressort chamboulé.

J’ai adoré deux stand up féminins sur Netflix. Nanette d’Hannah Gadsby, durant lequel j’ai ri et pleuré. Cette femme est super touchante, ses mots sont percutants et justes. Elle aborde les thèmes de l’égalité femmes/hommes, de l’autodérision, de l’homophobie mais livre aussi une analyse sur le monde culturel et celui des peintres qui m’a fait voir la réalité d’un autre angle. J’ai aussi aimé I talk to myself de Blanche Gardin. Un spectacle rafraîchissant et drôle devant lequel on passe un très bon moment.

PODCASTS

Vous connaissez maintenant ma passion pour les podcasts. Si vous ne vous y êtes toujours pas mises, mais dites donc qu’attendez-vous ! On enclenche un petit épisode le matin dans sa voiture en allant au travail, dans le train, dans le bus, quand on cuisine, quand on se promène, quand on court, et on apprend des tas de trucs. Vous allez vous aussi devenir accros !

Je continue d’écouter quotidiennement Le Moment Meurice et je ne peux que vous le conseiller. Guillaume Meurice prend un sujet d’actualité et interviewe des gens dans la rue là-dessus. Il ne garde évidemment que les pires et c’est hilarant.

L’épisode Les femmes sont-elles des hommes comme les autres ? d’un Podcast à soi qui reprend un à un les mythes et idéologies de la préhistoire à nos jours sur ce qu’est être une femme et être un homme. Je l’ai adoré. On y parle de l’éducation différenciée en fonction des sexes, comment les petites filles sont poussées dès leur plus jeune âge à être gentilles, douces et à aider les autres et aux petits garçons à être forts, courageux et à découvrir le monde. On y parle de la maternité, du fait que ce soit naturel pour les femmes de s’occuper des enfants, du travail difficile qui est fait dans les crèches et des mythes qui nous poursuivent pour alimenter les inégalités. Cet épisode permet de déconstruire toutes ces choses qui alimentent les stéréotypes de genre et répond à la plupart des questions sur lesquelles on revient irrémédiablement quand on parle de différences entre les femmes et les hommes. Un épisode passionnant, super accessible pour toutes et tous, que je conseille très chaleureusement. Vraiment, écoutez-le.

Je poursuis les écoutes d’Affaires sensibles, un podcast de France Inter qui retrace les grandes histoires de notre siècle. J’ai particulièrement aimé ceux consacrés aux survivants de la Cordillère des Andes (cette équipe de rugby dont l’avion s’est écrasé dans les années 1970 qui ont fini par devoir manger de la chaire humaine pour survivre), à Marc Dutroux et aux incohérences de l’enquête belge, à Ginka, l’inconnue de l’A10, à l’affaire Lewinsky-Clinton ou encore à l’affaire Dominique Cottrez, cette femme qui a caché huit grossesses avant de tuer ses nouveaux-nés.

L’épisode Des cookies en forme de cœur (du podcast Mansplaining qui aborde de manière brève mais efficace la représentation qui est faite des relations hommes/femmes dans la culture. Il illustre son propos avec le film Buffalo’66 qu’il décortique et dont il montre des extraits. Je les ai trouvé révoltants. Et dire qu’aujourd’hui encore, il est possible de trouver ça normal. L’homme est très violent, la femme super docile, et ça se termine en « histoire d’amour ». Mais est-ce vraiment cela, une histoire d’amour ? Il permet de réfléchir sur les images montrées par le cinéma et nous invite à remettre en question notre film préféré à l’aune de cette nouvelle analyse. Vous ne verrez plus vos œuvres préférées de la même manière !

Des villes viriles du podcast Les Couilles sur la table qui explique comment nos villes sont construites par et pour les hommes mais aussi L’entreprise, ce monde d’hommes, qui montre la manière dont s’organise le domaine professionnel qui défavorise et exclut les femmes de par ses contraintes ainsi que l’épisode Ce que la soumission féminine fait aux hommes. Un podcast parfait pour déconstruire les masculinités.

MUSIQUE

Mon copain m’a fait découvrir Angèle avant l’été quand elle avait sorti quelques titres. C’est en octobre que son premier album Brol avec 12 chansons est paru et c’est une vraie merveille auditive. J’aime énormément sa voix si douce, les mélodies qui l’accompagnent mais aussi et surtout ses textes, incisifs, précis et justes. Mes morceaux préférés sont Flemme, La loi de Murphy, Tout oublier (avec Roméo Elvis qui est son frère), Jalousie et Flou. Je vous conseille vraiment de l’écouter au moins une fois pour voir si ça vous plaît.

Orelsan a sorti 11 nouveaux morceaux qu’il a ajouté à son album La fête est finie. Comme d’habitude, je suis fan. Mes préférés sont Epilogue dont j’adore la mélodie, Adieu les filles et Mes grands-parents, un titre aux paroles touchantes.

DIVERS

J’ai installé l’appli YourHour sur mon téléphone. Je suis assez effrayée de constater à quel point nos téléphones mangent littéralement nos temps libres. Lorsque je vois que j’ai passé 1h30 ou 2h de ma journée devant mon téléphone, je suis un peu fâchée et triste de me dire que j’ai gâché ce temps si précieux. J’ai ainsi téléchargé YourHour pour limiter ma consommation de deux applis : Instagram et Twitter (je n’ai plus Facebook sur mon portable depuis longtemps). J’ai défini 20mn par jour pour Instagram et 20mn par jour pour Twitter (même si c’est un réseau chronophage, Twitter me permet de découvrir beaucoup de contenus écrits intéressants). Lorsque j’ai dépassé ce temps, l’appli est bloquée jusqu’au lendemain (on peut la débloquer manuellement). 40mn de réseaux sociaux par jour est un temps qui me paraît raisonnable, mais c’est à chacun de définir la durée qui lui convient le mieux. Il est aussi possible d’utiliser cette appli uniquement pour quantifier votre utilisation quotidienne du smartphone puisqu’elle indique combien de fois vous l’avez déverrouillé et combien d’heures vous avez passé devant l’écran.

Bonnes découvertes !

Et n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé dans les commentaires 🙂

Mon sapin de Noël ♡

On continue dans le thème de Noël ! J’ai terminé la décoration de mon sapin jeudi dernier. Je le trouve tellement choupi. J’en voulais un avec de la neige et j’ai trouvé mon bonheur chez Manor. J’ai beaucoup hésité entre prendre un vrai sapin en location ou en acheter un en plastique. Finalement, je me suis dit que le plus simple était d’en prendre un en plastique. Alors c’est vrai qu’il n’y a pas la douce odeur du petit sapin qui parfume le salon mais il a d’autres avantages. Il est réutilisable pour des siècles et des siècles, il ne perd pas ses épines, il a de la neige dessus qui ne tombe pas par terre (sauf si on lui fonce dedans mais c’est rare) et puis il est hyper beau, bien fourni uniformément et il se porte à merveille à côté de son copain le feu Netflix. Aussi, et c’est là un avantage indéniable, ça m’évitera de lui donner 1 litre d’eau par jour sans réfléchir et de remarquer une semaine plus tard que tout a débordé sous les tapis et qu’on pourrait faire du surf sur le parquet tellement il a gonflé et ondulé en forme de vagues (est-ce une histoire vraie ? Je vous laisse deviner).

Quant à moi, j’hiberne. Si vous me cherchez, je suis sous le sapin jusqu’au 2 janvier en train de lire des livres.