Tag Archives Lecture

Mes dernières lectures #3

On se retrouve aujourd’hui avec une nouvelle revue littéraire. Ce mois, je vous propose deux romans et quatre bandes dessinées. Ça change, c’est différent et ça permet de diversifier ses lectures. Toutes les BD sont du même auteur mais j’ai tellement adoré qu’il fallait que je vous en parle. J’ai découvert Riad Sattouf lorsque je vivais encore à Paris, il y a quelques années. Un collègue de mon copain nous avait prêté le premier volet de L’Arabe du Futur. J’ai toujours eu envie de lire la suite mais vous savez comment va la vie, on oublie, on n’achète pas les tomes suivants et ça passe à la trappe. Dernièrement, à la bibliothèque, je me suis souvenue de cet auteur et je suis allée dans le rayon BD. J’ai pris les volumes 2 et 3 mais aussi une autre de ses séries, Les Cahiers d’Esther, dont j’en avais entendu grand bien. Et je les ai tous lus en quelques soirs. Ci-dessous, mes résumés et mes avis.

LES CAHIERS D’ESTHER – HISTOIRES DE MES 10 ANS
LES CAHIERS D’ESTHER – HISTOIRES DE MES 11 ANS
Riad Sattouf

Résumé : Dans Les Cahiers d’Esther, nous suivons les aventures d’une jeune fille de 10 ans dans son quotidien, aussi bien à l’école qu’à la maison. Esther vit à Paris, dans le 17ème arrondissement, elle a un grand frère qu’elle trouve stupide, un papa qu’elle adore et une maman avec qui elle ne partage pas grand chose. C’est une petite fille très intelligente. Elle réfléchit beaucoup, se pose passablement de questions sur la vie et est très touchée par les injustices. On découvre au fil des pages les difficultés rencontrées par une jeune fille, la place qu’il faut se faire à l’école, les amitiés avec les copines pas toujours évidentes, les relations entre les enfants qui en disent beaucoup sur notre société actuelle. Chaque tome raconte une année scolaire et le troisième, qui contera les 12 ans d’Esther, sortira en novembre.

Mon avis : Riad Sattouf a un style bien à lui, teinté de bienveillance et de sincérité, dont il se sert pour raconter et illustrer la vie quotidienne d’une enfant. Les petits morceaux de la vie d’Esther sont retranscrits avec beaucoup de simplicité et de finesse tout en étant très amusants ; j’ai ri à plusieurs reprises durant la lecture. Je trouve cela d’autant plus intéressant que ce sont des histoires vraies. En effet, Esther existe et elle rencontre régulièrement Riad Sattouf pour lui raconter les moments marquants de son quotidien qu’il traduit ensuite en bande dessinée. Cette particularité participe au charme de ces livres qui sont une véritable immersion dans le monde d’une enfant en 2017. Et c’est très intéressant.

Note : 5/5

L’ARABE DU FUTUR TOME 2
L’ARABE DU FUTUR TOME 3

Riad Sattouf

Résumé : Riad Sattouf raconte ici sa propre enfance. Un père syrien, une maman bretonne, lui est né en France. Dans le premier tome, toute la famille part s’installer en Lybie pour suivre le papa qui a décroché un emploi de prof d’histoire. En 1984, ils partent vivre en Syrie dans le village natal du papa. Riad entre en première année scolaire, il apprend ainsi à lire et à écrire en arabe, il se fait des amis et assiste malgré lui à toute la violence ambiante qui règne dans cet environnement. A la maison, il vit avec une maman qui sait ce qu’elle veut et un père tiraillé entre ses loyautés envers sa mère et le désir de vivre sa vie comme il l’entend. Riad a d’ailleurs un regard assez critique sur son père dont il ne comprend pas toujours les choix. L’Arabe du Futur ne parle cependant pas que de ce microcosme familial, il évoque aussi les dictateurs, les politiques mises en place, le rôle de ces deux éléments dans la construction d’une population, l’importance de la religion, les maltraitances envers les femmes et la tolérance de la société à ce sujet.

Mon avis : J’ai beaucoup aimé cette série qui est assez similaire aux Cahiers d’Esther, à cela de différent que l’histoire se passe au Moyen-Orient. Ici aussi la vie quotidienne est racontée avec beaucoup de finesse, de sensibilité et de simplicité tout en faisant passer des messages forts et critiques sur la société. C’est un style de bande dessinée que j’apprécie beaucoup, c’est intelligent, doux mais incisif, et je me réjouis de me plonger dans d’autres séries qu’il a écrites, dont la plupart sont consacrées à la jeunesse.

Note : 4.5/5

CELLE QUI FUIT ET CELLE QUI RESTE
Elena Ferrante

Résumé : Dans ce troisième volume, les aventures de Lena et de Lila continuent. Leurs chemins se séparent physiquement mais elles restent, comme toujours, liées par ce délicat fil invisible qui fait que les actions ou pensées de l’une ont toujours une influence sur la vie de l’autre. Elena vit maintenant à Florence avec son mari, elle fait la promotion de son premier livre qui se vend très bien. Très vite, elle va se retrouver enceinte et on assiste avec elle à la difficulté d’être une mère, une femme qui travaille et une épouse. A plusieurs reprises, nous aurons des nouvelles de Lila, dont la santé se dégrade mais qui semble s’être résignée à sa destinée napolitaine. Nino fera son retour, de près et de loin, bouleversant comme à son habitude les vies des femmes qu’il rencontre. En toile de fond, Elena Ferrante nous livre un discours sur la politique et les mouvements révolutionnaires de la fin des années 60.

Mon avis : Même si j’ai apprécié ce troisième tome, il reste celui des trois que j’ai le moins aimé. Le style est toujours là, les pages passionnantes que l’on ne peut s’empêcher de tourner aussi, et pourtant je l’ai trouvé un peu lent par moment. Malgré tout, l’histoire continue, ces personnages si attachants poursuivent leur destinée et on les suit avec attention et bienveillance. Dans Celle qui fuit et celle qui reste, on assiste aux évènements qui arrivent à Lila et Lena entre leurs 23 et 33 ans environ. Si elles sont parfois coincées dans les rôles de femmes et de mères que la société leur impose, on voit que, malgré les moments de doute, elles sont fortes et elles savent où elles veulent aller. J’attends impatiemment le quatrième et dernier volet qui paraîtra en français en janvier 2018.

Note : 4/5

PIERRE ET JEAN
Guy de Maupassant

Résumé : Pierre et Jean, deux frères, l’un est docteur, l’autre est avocat. Ils vivent au Havre avec leurs parents, un charmant couple d’anciens commerçants parisiens. En apparence, les Roland semblent être une famille modèle. Mais à y regarder de plus près, Pierre et Jean ne s’aiment pas. Ils ne se ressemblent pas. Quand l’un est doux l’autre s’emporte facilement, quand l’un est vif d’esprit l’autre semble plutôt vivre sans trop se poser de questions. Malgré tout, parents et enfants vivent dans une certaine harmonie jusqu’au jour où un ami de la famille vient à décéder. On apprend alors qu’il a légué toute sa fortune à Jean. Si personne ne semble se questionner là-dessus au sein des Roland, cette idée commence à obséder Pierre. Pourquoi cet homme a-t-il laissé toute sa fortune à Jean et à lui seul ?

Mon avis : Pierre et Jean est un roman qui nous parle de la famille et de la manière dont les relations s’agencent entre ses membres. On y découvre les loyautés intrafamiliales, la compétition dans la fratrie, les difficultés dans le couple des parents. J’ai beaucoup aimé ce qui reste comme sentiment, en tant que lecteur, une fois que la lecture est terminée. Il y a des livres, comme celui-ci, où la lecture n’est pas toujours facile mais où les effets et les sensations dégagés par le roman restent en nous. Je ne dirais pas que j’ai beaucoup apprécié lire ce récit. Par moment, il y a beaucoup trop de descriptions, trop d’éléments à mon sens superflus qui noient les passages importants. Cependant, je retiens l’histoire de cette constellation familiale et les relations compliquées entre ses membres, car c’est là toute l’essence du roman.

Note : 3.5/5

Avez-vous lu certains de ces ouvrages ? Aimez-vous les BD ? Que pensez-vous des romans plus anciens tels que Pierre et Jean ?

Mes dernières lectures #2

On se retrouve aujourd’hui pour un deuxième rendez-vous lecture. J’ai beaucoup aimé écrire le précédent et je me suis dit que dorénavant, j’allais intégrer ce genre d’article dans ma routine de blog. Peut-être y trouverez-vous un livre qui vous donnera envie ou peut-être reviendrez-vous y lire quelques résumés lorsque vous chercherez une lecture. Je n’ai quasiment pas lu en juillet mais je me suis un peu rattrapée depuis mon retour des États-Unis. Voici un petit résumé et mon avis sur les cinq livres que j’ai lus au mois d’août.

LES JOURS DE MON ABANDON
Elena Ferrante

Résumé : Olga a 38 ans, un mari, deux enfants et elle vit à Turin. Mariée depuis 15 ans, elle pensait continuer tranquillement sa vie ainsi et élever ses enfants aux côtés de l’homme qu’elle aime. Mais voilà que par un bel après-midi, ledit mari lui annonce que leur histoire est terminée et qu’il s’en va. Olga se retrouve alors seule pour gérer le quotidien, les enfants, le chien, la maison. Elle sombre petit à petit vers la folie. Finira-t-elle par aller mieux ?

Mon avis : Elena Ferrante est l’auteure de la saga L’amie prodigieuse. J’ai tellement aimé ses livres que j’ai décidé de lire l’ensemble de son œuvre. Les jours de mon abandon est un bon roman. Le style fluide d’Elena Ferrante est déjà là, nos yeux glissent sur le papier au fur et à mesure des pages. L’histoire est intéressante et montre à quel point une vie que l’on croyait si tranquille peut très rapidement voler en éclats et tout doit être reconstruit. Je lui mets la note de 3,5 car il y a un passage plus ou moins long au milieu du livre qui m’a ennuyé par moment mais l’ensemble est très réussi.

Note : 3,5/5

LA DERNIÈRE ÉNIGME
Agatha Christie

Résumé : Gwenda est une jeune mariée qui se rend en Angleterre afin de trouver une maison pour qu’elle et son mari puissent s’y installer après leur mariage en Nouvelle-Zélande. Elle tombe sous le charme d’une jolie demeure et s’y sent comme chez elle dès sa première visite. Au fur et à mesure que les jours passent, Gwenda commence à ressentir des choses étranges à propos de cette maison. Serait-elle hantée ou Gwenda deviendrait-elle folle ? Sans tarder, la célèbre enquêtrice Miss Marple va venir pointer son nez dans cette affaire afin d’aider le jeune couple à résoudre les mystères qui entourent cette maison.

Mon avis : Comme toujours avec Agatha Christie, on retrouve ce style très british, distingué et un peu old school qui me plaît beaucoup. L’enquête est intéressante et bien ficelée, on se prend d’affection pour cette Gwenda et on retrouve chez Miss Marple ses fameux talents d’analyse et de déduction. Agatha Christie sait parfaitement manier l’intrigue et ses personnages de sorte que l’on n’y voie que du feu jusqu’au dénouement final.

Note : 4/5

LA FEMME QUI FUIT
Anaïs Barbeau-Lavalette

Résumé : Suzanne Méloche est une artiste. Née en 1926 à Ottawa, elle fréquente les milieux révolutionnaires, elle peint et écrit. Elle rencontre alors un homme qui deviendra son mari et le père de ses enfants. Après quelques années de vie à peu près normale durant lesquelles elles élèvent ses enfants, elle décide qu’elle en a assez. Elle les abandonne et part poursuivre sa destinée, libre et sans contrainte.

Mon avis : Ce livre a été écrit par la petite-fille de Suzanne Méloche. Elle récrit l’histoire de sa grand-mère qu’elle n’a pas connue afin de comprendre pourquoi elle a agit ainsi, pourquoi elle a blessé sa propre mère à jamais en l’abandonnant alors qu’elle n’avait que 4 ans. Le fond de l’histoire est intéressant mais je n’ai pas apprécié la forme. Le livre est en « tu », l’auteure s’adresse directement à sa grand-mère « tu es née le.., tu as fait ça, etc ». Même s’il est écrit en se basant sur des faits réels, cela reste un roman et beaucoup d’intentions et de sentiments sont prêtés à cette grand-mère qui, pour moi, ne relèvent pas de la réalité mais plutôt du désir de l’auteure. Elle prête notamment à Suzanne des regrets, des désirs de garder ses enfants, le fait que cela lui brise le cœur chaque fois qu’elle voit une petite fille. Je ne suis pas sûre que cela fut totalement le cas de cette mère qui abandonna ses enfants dans une garderie par une matinée d’août.

Note : 2/5

SANS UN ADIEU
Harlan Coben

Résumé : Laura, ancien top model aujourd’hui femme d’affaires, et David, star de l’équipe de basket des Celtics, viennent tout juste de se marier et sont en Australie pour leur voyage de noces. Pendant que Laura s’absente un après-midi, David part nager et disparaît. Son épouse, accompagnée par le meilleur ami de son mari, vont mener l’enquête afin de savoir ce qu’il est réellement arrivé à David.

Mon avis : Sans un adieu est le premier roman d’Harlan Coben sorti en 1990. J’ai beaucoup aimé ce livre dans lequel on découvre une intrigue pleine de rebondissements et des personnages intéressants même s’ils sont un peu cliché (David et Laura sont jeunes, beaux et riches, ils ont des métiers passionnants et vivent dans une maison splendide). Mis à part ça, le suspense est présent du début à la fin et il est assez difficile d’en arrêter la lecture (je l’ai lu en deux jours mais j’étais en vacances).  C’est un très bon thriller que je vous conseille !

Un bémol toutefois mais qui concerne davantage le style général d’Harlan Coben car je pourrais formuler la même critique pour « Tu me manques », un autre de ses romans que j’ai lu il y a peu. J’apprécie moins sa manière quelque fois simpliste d’écrire les dialogues. Ils sont souvent plein d’évidences et de banalités. Toutefois, la qualité des intrigues est telle qu’on passe facilement par-dessus ces quelques lignes un peu moins pertinentes.

Note : 4/5

UNE VIE
Simone Veil

Résumé : Ce livre est une autobiographie écrite par Simone Veil sortie en 2007. Elle y raconte son enfance dans une famille aimante, son adolescence, sa déportation à Auschwitz puis sa vie de femme active, de mère et d’épouse. Au cours de sa vie, elle va occuper de nombreux postes à hautes responsabilités avec toujours cette rigueur de vouloir faire juste et bien.

Mon avis : J’ai beaucoup aimé ce livre dans lequel Simone Veil se raconte au fil des pages. Les passages qui m’ont le plus marqué sont ceux concernant son enfance et sa déportation. L’ensemble du livre est écrit d’un style fluide qui se lit facilement. On en apprend à chaque page. Tout au long de sa vie, on voit à quel point cette femme était forte. Elle avait de grandes idées, elle savait où elle voulait aller et elle s’est attelée à la tâche avec vigueur. Elle s’est battue pour les droits des femmes mais également pour les droits de ceux qui n’avaient pas forcément de voix pour se faire entendre. Une grande dame.

Note : 3,5/5