30 jours de yoga avec Adriene | Mon bilan

Au mois de janvier, j’ai participé au challenge Dedicate, 30 jours de yoga avec Adriene. Ce défi a changé beaucoup de choses en moi et a véritablement modifié ma façon d’envisager le sport. J’ai pensé qu’il serait intéressant de partager mes observations et mes découvertes. Peut-être pourront-elles aider ou accompagner certain.e.s d’entre vous sur un chemin différent en ce qu’il concerne votre pratique sportive. Si vous n’êtes pas du tout actif.ve physiquement, ne partez pas. C’était quasiment mon cas il y a un mois. Si vous n’aimez pas le sport intense, si vous n’aimez pas les activités qui font transpirer, cet article est fait pour vous. J’espère que ces prochaines lignes pourront vous donner envie de rejoindre Adriene pour une pratique régulière du yoga.

▸ COMMENT SE DÉROULE LE CHALLENGE « 30 JOURS DE YOGA AVEC ADRIENE » ?

Le principe est très simple : chaque jour pendant un mois, Adriene poste une vidéo d’un cours d’une vingtaine de minutes. Face à notre écran, sur notre tapis de yoga, nous exécutons les postures en même temps qu’elle en nous laissant guider par sa voix. De son côté, Adriene détaille les gestes, explique ce que l’on ressent dans le corps, dit quand il faut inspirer et expirer et nous encourage lorsque certains mouvements sont plus difficiles que d’autres. On dirait vraiment qu’elle est avec nous dans la pièce !

En suivant le challenge durant trente jours, on retrouve régulièrement les mêmes enchaînements et cela permet d’avancer en terrain connu, de véritablement s’améliorer, se sentir à l’aise et plus en confiance. J’avais vraiment le sentiment de faire partie d’un grand groupe de personnes qui font du yoga toutes ensemble quotidiennement (il y a 4 millions d’abonné.e.s à sa chaîne Youtube).

Si on manque un ou deux jours, aucun problème, on reprend là où l’on s’est arrêté.e.

▸ POUR QUI ?

Le yoga est un sport qui convient à tout le monde, que vous soyez sportif.ve ou non, jeune ou plus âgé.e. En grand résumé, il s’agit d’un enchaînement de postures que l’on maintient plus ou moins longtemps auxquelles s’allie une respiration consciente qui accompagne l’effort. On inspire et on fait un mouvement, on expire et on en fait un autre.

Le yoga est adapté pour les personnes ayant des douleurs musculaires ou qui ne sont pas assez souples. En pratiquant régulièrement, il permet un meilleur maintien de la posture corporelle dans la vie quotidienne et un meilleur souffle.

Quant au challenge de 30 jours, il est adapté aux débutants comme aux plus avancés. Adriene donne toujours plusieurs variantes des postures afin de les rendre accessibles à toutes et tous. Il est ainsi tout à fait possible de débuter ce défi sans n’avoir jamais fait de yoga auparavant.

▸ QUEL MATÉRIEL ?

J’ai acheté un tapis de yoga chez Ochsner, j’ai pris le plus basique et je l’ai payé 25.- en solde. Il convient tout à fait à ce type de pratique. J’ai également investi dans un pantalon adapté (j’ai fait la première semaine en pyjama et ce n’est pas franchement l’idéal) et un débardeur Nike un peu serré pour éviter qu’il remonte à chaque posture où l’on a la tête en bas. Je me sens hyper bien dans cette tenue qui est ultra confortable et c’est le top pour ce genre d’activité.

▸ MON BILAN & CE QUE J’AI COMPRIS

Ces trente jours de yoga m’ont fait comprendre quelque chose d’essentiel : nous avons toutes et tous un type de sport qui nous convient le mieux. J’avais cette (fausse) idée que faire du sport, c’est courir, faire de la musculation ou des cours de step. Que faire du sport rime obligatoirement avec transpiration de l’extrême (je parle de sortir de la salle en sueur, les cheveux mouillés et les habits détrempés) ou avec la volonté d’aller toujours plus loin et plus vite. Et bien en fait pas du tout. S’il y a différents types de sport, c’est parce qu’il y a différents types de personnes. De la même façon que nous n’aimons pas tous les poivrons ou les champignons, nous ne pouvons pas tous aimer le même genre d’activités physiques.

Certain.e.s adorent les sports plutôt intenses, qui permettent de se dépenser de façon énergique, alors que d’autres aiment ceux plus doux, qui font travailler le corps en profondeur de manière lente. Ce sont deux pratiques totalement distinctes mais toutes les deux sont une manière de pratiquer une activité physique. Comprendre ceci m’a vraiment permis d’envisager le sport différemment.

Je sais que je n’ai pas réussi à comprendre cela plus tôt pour la raison suivante : les sports doux ne sont pas très valorisés par les autres sportifs, qui, eux, font de vrais sports. On m’a souvent dit que le yoga n’en est pas véritablement un, qu’être couché.e sur un tapis, ce n’est quand même pas très compliqué (et si en plus tu ne transpires pas à la fin de la session..). C’est un a priori que je peux comprendre, j’aime d’ailleurs parfois plaisanter à ce sujet également mais je crois qu’il est important de sortir de cette idée reçue qui empêche des gens de trouver l’activité qui leur convient le mieux.

Longtemps, pendant plus de dix ans, j’ai pensé que je n’aimais pas le sport. Quand j’étais petite, j’adorais la gym et je faisais des cours de tennis mais j’ai tout arrêté à la fin de l’école secondaire. Depuis, j’ai essayé à intervalles réguliers de me mettre à la course à pied (j’ai fait deux fois les 4km de Lausanne en un temps que je n’oserais pas communiquer), j’ai même lancé l’idée de faire un marathon avec mes copines après avoir assisté à la fin de celui de Paris (ça me donnait envie d’arriver sur la dernière ligne droite telle une héros sous les acclamations du public – résultat il n’y en a qu’une qui a relevé le défi et ce n’est pas moi haha). A chaque fois, mes tentatives de reprendre une activité de manière ponctuelle n’ont pas abouti.

Mais aujourd’hui, j’ai enfin compris. Grâce à ce challenge de 30 jours, j’ai découvert qu’il n’est pas vrai que je n’aime pas le sport. Je n’aime pas certains types de sport. Je n’aime pas courir. Je n’aime pas faire un trop grand effort sur une longue durée. Je n’aime pas devoir persévérer quand je souffre. Je ne retire aucune satisfaction dans ces situations. Par contre, j’aime beaucoup marcher (à plat), j’aime faire du yoga et j’aime faire du tennis. Ça veut donc dire qu’il est possible de trouver des activités qui me plaisent, me correspondent et dans lesquelles j’ai du plaisir. Et si c’est le cas pour moi, c’est également le cas pour vous. A titre d’exemples, je fais l’aller-retour travail-maison à pied et j’en ai pour une heure de marche au total, nous allons au tennis une ou deux fois par mois avec mon copain, et, depuis le 1er janvier, je fais vingt minutes de yoga tous les jours.

Lorsque j’ai commencé ce challenge, je n’étais vraiment pas sûre d’arriver au bout. J’étais motivée mais j’étais persuadée que je n’aurais jamais la persévérance nécessaire pour faire trente jours de suite. Et pourtant, j’y suis parvenue. Chaque fin de journée, je me réjouissais de dérouler mon petit tapis, d’enfiler mes vêtements confortables et de retrouver Adriene pour ma session quotidienne. C’est une femme vraiment très sympathique, elle parle beaucoup et donne plein de conseils qui aident à se sentir bien et à avoir confiance en soi. Je ne crois pas y être allée un jour à reculons. C’était d’ailleurs la première chose que je faisais en rentrant du travail.

La première semaine, chaque fois que j’arrivais au terme d’un cours (il y a une jolie petite musique qui s’enclenche quelques instants avant la fin), j’avais un peu les larmes aux yeux (ceux qui rient derrière leur écran sachez que vous irez en enfer). J’étais tellement contente d’arriver au bout. Et j’étais aussi heureuse car je ne m’en croyais vraiment pas capable.

Je pense qu’il ne faut pas partir dans ce challenge en se disant que l’on va faire trente jours non-stop. Il faut, comme dans tout projet que l’on entreprend, faire une chose après l’autre, et dans ce cas, faire un jour après l’autre. Sans voir plus loin. Sans se mettre la pression. Simplement, se donner rendez-vous sur son tapis de yoga jour après jour.

Les bénéfices sont nombreux et varient d’une personne à l’autre. De mon côté, je me sens davantage ancrée et connectée à moi-même, je me sens plus forte sur mes jambes et ma posture est bien plus droite. Je peux également dire que cette pratique améliore vraiment la condition physique, sans que l’on s’en rende forcément compte. Par exemple, le week-end dernier, nous avons fait un tour en raquettes de 9 kilomètres avec mes copines. Pour moi, c’est beaucoup et c’est difficile. J’avais du mal sur le moment mais je n’ai pas eu de courbatures les jours suivants et je suis sûre que mes 30 jours de yoga y sont pour beaucoup.

J’ai terminé le challenge au début du mois de février. J’ai un peu pleuré pour de vrai quand je suis arrivée à la fin de la dernière vidéo. J’étais tellement fière de moi, avoir réussi à faire vingt minutes de sport par jour pendant trente jours. C’était une grande victoire et une étape de franchie car c’était la preuve que j’en étais capable. J’ai pris une petite pause d’une semaine et j’ai recommencé un autre challenge de 30 jours (elle en a plusieurs sur sa chaîne), celui qui s’appelle True et qui date de l’an dernier.

Voilà, je crois avoir partagé tout ce que j’avais à dire à ce sujet Person in Lotus Position on Apple iOS 12.1 J’espère que cet article aura pu vous être utile et aura peut-être éveillé votre curiosité pour ces cours de yoga à domicile. Je suis tellement ravie de cette découverte que je me souhaite de poursuivre encore longtemps les sessions d’Adriene depuis mon salon et je vous souhaite à vous de trouver une pratique qui vous corresponde totalement. Namasté ♥

Et vous, quelle est votre relation avec le sport ?

Connaissez-vous le challenge 30 jours de yoga avec Adriene ? L’avez-vous déjà pratiqué ? Si non, pourrait-il vous tenter ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *