Les avantages de s’inscrire à la bibliothèque

Voilà bientôt une année que je me suis inscrite à la bibliothèque de Lausanne. Je suis tellement ravie de ce service et de toutes les possibilités qu’il offre que je voulais les partager avec vous dans un article. Vous êtes peut-être de celles qui disent j’aime acheter mes livres. En effet, je constate que la plupart des personnes à qui j’en parle me répondent ceci. C’est une position que je comprends totalement car j’étais exactement pareille, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle je n’ai jamais souhaité m’inscrire dans une bibliothèque. Or, je ne sais pas pourquoi, l’année dernière, j’ai décidé de pousser les portes de celle de ma ville et de découvrir cet univers méconnu qui s’est vite révélé merveilleux pour moi. J’ai ainsi pensé à quelques-uns des principaux avantages. Si vous êtes vous aussi une adepte et que vous en avez d’autres en tête, n’hésitez pas à les laisser en commentaires afin d’étayer cette petite liste. En tous les cas, j’espère que cet article intéressera les grandes mais aussi les petites lectrices et qu’il vous donnera, peut-être, envie d’essayer vous aussi l’aventure des bibliothèques.

♦♦♦

Avoir accès à une importante diversité de contenus

Dans une bibliothèque, on trouve principalement des livres mais aussi des DVD, des CD, des livres audio et des livres numériques que l’on peut télécharger sur sa liseuse. A Lausanne, on peut également lire la plupart des quotidiens suisses ainsi que des magazines. Ce qui m’intéresse le plus, ce sont évidemment les livres au format papier : romans, autobiographies, bandes dessinées, guides de voyage (type Lonely Planet), des ouvrages d’histoire, de psychologie, d’informatique, de sociologie, des recueils de poèmes, des livres humoristiques. Je ne peux pas faire la liste de tous les genres que l’on retrouve à la bibliothèque mais le choix est si grand qu’on est sûre d’y trouver son bonheur.

♦♦

Lire des livres que l’on n’achèterait pas forcément

Le point précédent m’amène à celui-ci qui représente pour moi l’avantage principal. Il y a bon nombre de livres dont j’entends parler ici et là que j’aimerais lire sans avoir forcément envie de les acheter. Au-delà du prix se pose la question de la place. Lorsqu’on lit beaucoup, stocker tous ces ouvrages nécessite un grand espace pour les entreposer. Grâce à mon inscription à la bibliothèque, j’ai emprunté des dizaines de livres que je n’aurais probablement jamais lus si j’avais dû les acheter : un recueil de poèmes de Verlaine, Lait et Miel et The Sun and her flowers de Rupi Kaur, plusieurs romans d’Agatha Christie et de Stephen King, des ouvrages sur la méditation et la pleine conscience, les tomes II et III de l’Arabe du futur de Riad Sattouf ainsi que les trois volumes des Cahiers d’Esther du même auteur. Les bandes dessinées représentent typiquement le genre de livres que je veux lire mais pour lesquels je ne suis pas prête à dépenser une somme importante.

Un rayon est consacré au féminisme dans ma bibliothèque et c’est probablement le domaine où j’ai emprunté le plus de livres que je n’aurais jamais achetés. J’ai pu découvrir des recherches scientifiques, des essais ou des enquêtes sur une très grande diversité de thèmes féministes. Je retiens particulièrement celui de Mona Chollet « Beauté fatale, les nouveaux visages de l’aliénation féminine », un très bon ouvrage qui déconstruit les normes de la beauté féminine, et « Sang Tabou » de Camille Emmanuelle, consacré aux menstruations et aux tabous autour de ce sujet.

Je trouve que c’est également une bonne alternative pour les enfants. Petite, je me réjouissais d’aller chaque mois au Bibliobus pour chercher les livres que je lirais durant les quatre prochaines semaines. Ce sont bien souvent des petits livres que l’on ne lit qu’une fois et qu’il n’est pas nécessaire d’acheter. Cela peut être un joli rituel à instaurer avec ses enfants : se rendre une fois par mois avec eux à la bibliothèque et les laisser se promener dans les allées à la recherche de belles lectures.

♦♦

Lire les dernières parutions à leur sortie

Cette année, Elena Ferrante, Delphine de Vigan et Beigbeder ont sorti un nouveau roman. Ce sont mes auteurs préférés et j’achète de toute façon leurs livres. D’habitude, je dois patienter de nombreux mois afin qu’ils sortent en poche car j’ai la totalité de leurs œuvres dans ce format et pour des questions d’homogénéité, je ne veux pas compléter ma collection avec un grand format. Cette fois, j’ai pu les réserver à la bibliothèque et les lire quelques jours seulement après leur sortie.

Découvrir de nouveaux auteurs, thèmes & domaines

Ne pas avoir à débourser une certaine somme pour un livre que l’on n’est pas sûr d’apprécier permet de découvrir de nouveaux thèmes, de nouveaux auteurs, de nouveaux genres littéraires sans prendre trop de risque. Si parfois je me rends à la bibliothèque avec quelques ouvrages en tête, j’aime aussi y aller sans but précis et me balader dans les allées, lire les titres à la verticale, prendre un livre au hasard et lire la quatrième de couverture. J’ai découvert tant d’ouvrages de cette façon. Ce qui est bien, c’est que l’on peut prendre un livre sans se questionner plusieurs fois sur son utilité comme on peut le faire lorsqu’on l’achète. A la bibliothèque, on l’emprunte, on lit trois pages, et si on ne l’aime pas, on le ramène. Les livres sont classés par auteurs mais aussi par thèmes et domaines. Je me souviens m’être promenée dans le rayon Magie une fois et j’avais pris un livre par curiosité. Il y a tellement de découvertes à faire dans une bibliothèque !

♦♦

Le prix

En Suisse, il me semble que la majorité des bibliothèques sont gratuites. Dans les pays voisins, le prix n’est bien souvent pas excessif. Je me souviens qu’à Paris, je m’étais rendue dans celle de mon arrondissement pour me renseigner et l’abonnement était à moins de 50 euros par année. Lorsque l’on réfléchit au nombre de livres que l’on peut emprunter et lire durant douze mois à ce coût, l’investissement est rapidement rentabilisé. Les livres étant assez chers en Suisse, si on lit plusieurs ouvrages par mois le budget devient vite relativement conséquent. La bibliothèque permet d’assouvir sa passion pour la lecture à moindre frais.

♦♦

Consommer de manière durable

Quoi de plus écolo que d’emprunter un livre qui sera lu par des dizaines de personnes plutôt que l’acheter pour son utilisation personnelle ? Un livre utilise passablement de ressources pour sa production : papier, encre, impression, transport. Bien souvent, on ne le lit qu’une seule fois puis on le laisse sur une étagère. Lorsque l’on réfléchit à sa façon de consommer, envisager d’emprunter des livres peut totalement trouver sa place dans la mise en place de nouvelles habitudes de consommation plus douces pour l’environnement.

Et vous, êtes-vous inscrites dans une bibliothèque ? Quelles sortes de livres y empruntez-vous ? Si cela n’est pas le cas, cet article vous a-t-il donné envie d’essayer ?

4 commentaires

  • Jade
    juillet 10, 2018

    Quel superbe article ! Je rajouterai que suivant la bibliothèque, il y a aussi le côté de la rencontre, que ce soit avec les bibliothécaires ou avec d’autres personnes présentes sur le lieu. Dans ma bibliothèque, il y a énormément de jeunes qui viennent squatter dès qu’ils le peuvent. Et les gens aiment bien papoter avec nous. Bon, on est que trois, donc c’est plus facile de se souvenir de ce qu’on nous raconte, pas comme à Lausanne, où le personnel est plus important.
    Mais c’est vrai que petite, j’allais tout le temps à la bibliothèque ! Et encore à l’école secondaire… C’est durant le gymnase que j’ai un peu laissé tomber. Et je pense que si je n’étais pas bibliothécaire, je serais quand même inscrite dans une bibliothèque 🙂

    • Ally Bing
      juillet 11, 2018

      Coucou Jade,
      Tu as tout à fait raison ! Alors c’est sûr que c’est plus impersonnel à Lausanne mais les bibliothécaires sont toujours hyper sympas et disponibles pour répondre à toutes les questions 🙂
      En tout cas ça doit vraiment être cool de travailler dans une bibliothèque 😀
      A bientôt !! x

  • Pam
    juillet 11, 2018

    La bibliothèque, pour moi, ce sont de merveilleux souvenirs d’enfance. Jusqu’au lycée, j’ai emprunté et lu des livres à foison. Le lycée m’a retiré ce plaisir en m’imposant les lectures à préparer pour le bac…
    Grâce à ton article, je me suis souvenue de cela. Je vais du coup me renseigner pour savoir quelle est la bibliothèque la plus proche de chez moi et je vais y emmener mon fils. Il n’a que 20 mois, mais il aime déjà les livres, comme sa maman! Et ce sera peut-être l’occasion pour moi de renouer avec la lecture…

    • Ally Bing
      juillet 11, 2018

      Hello Pam, merci pour ton petit mot 😀
      Trop cool ! S’il aime déjà les livres, je suis sûre qu’il aimera cette balade à la bibliothèque avec toi 🙂
      Et d’une pierre deux coups, j’espère que tu trouveras toi aussi de belles lectures pour cet été 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *